APS dans la promotion de l’hygiène et l’assainissement des populations rurales du Burkina Faso

as2Contexte

La situation peu reluisante en matière d’hygiène et d’assainissement en milieu familial au Burkina Faso, comme l’atteste l’Etude Nationale sur l’Assainissement (ENA) a interpellé les décideurs dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) à agir. En effet, malgré des progrès significatifs réalisés ces dernières années en matière d’approvisionnement en eau potable, le Burkina Faso reste très en retard pour l’atteinte du second volet de l’objectif 6 des Objectifs de Développement Durable relative à l’assainissement. Le taux d’accès à l’assainissement familial en milieu rural reste extrêmement faible, soit 9% en 2014 [revue annuelle PN-AEPA, Décembre 2014]. Ce chiffre cache pourtant de nombreuses disparités suivant les régions et les provinces.  Afin de remédier à cette situation, l’ONG-D/APS, partenaire de l’UNICEF depuis 2009, travaille dans le monde rural pour l’hygiène et l’assainissement. L’Objectif de cette intervention étant de susciter un changement favorable dans le comportement sanitaire de la population cible, avec « zéro défécation à l’air libre » au niveau des communautés bénéficiaires.

L’approche de mise en œuvre d’APS consiste à l’utilisation de l’Assainissement Total Piloté par la Communauté (ATPC). Cette approche a pour objectif principal d’éveiller les consciences des communautés en suscitant le « dégoût et la honte » par l’analyse des communautés elles-mêmes de leurs situations sanitaires. Cela dans le but d’encourager la population à abandonner la défécation à l’air libre.

L’utilisation des méthodes d’évaluation rurale participative permet aux communautés de prendre conscience collectivement de l’impact de la défécation à l’air libre sur la santé publique et sur leur proche environnement. Cela permet d’impulser une action locale collective et rapide de la part des communautés pour atteindre l’état de Fin de Défécation à l’Air Libre (FDAL).

as1Zone d’intervention

Les régions ayant bénéficié du projet d’hygiène et d’assainissement sont :

  • Le Plateau Central : (Province du Kourwéogo et de l’Oubritenga)
  • Le Centre Nord : (Province du Bam)
  • Le Nord : (Province du Yatenga)
  • Le Centre-Ouest (Province du Sanguié et de la Sissili)

Mise en œuvre

La mise en œuvre est faite selon les étapes suivantes:

  • Formation des facilitateurs : l’équipe cadre du projet et les animateurs sont formés en vue de faciliter la mise en œuvre des activités ATPC.
  • Rencontres d’information et de cadrage avec les autorités locales.
  • Tenue d’ateliers d’information et de cadrage pour imprégner les autorités locales des activités du projet et de les impliquer dans la mise en œuvre et le suivi des activités du projet
  • Pré-déclenchement : Il consiste à échanger avec les leaders pour faire l’état de la situation sanitaire de la communauté et de prendre des contacts dans le cadre des agencements à faire en prélude au déclenchement.
  • Déclenchement : le déclenchement est fondé sur la stimulation d’un sentiment collectif de « dégoût et de honte » chez les membres de la communauté en les confrontant à la réalité crue de la Défécation à l’Air Libre et à ses impacts sur la communauté toute entière.
  • Suivi post- déclenchement : Il s’agit du suivi de l’exécution des activités inscrites dans les plans d’actions communautaires. Cela s’opère à travers le suivi de l’évolution des pratiques des communautés allant vers l’abandon de la défécation à l’air libre (DAL).
  • Responsabilisation des communautés à la base.

as3Culture d’une veille citoyenne pour un changement de comportement

La réussite du projet se fonde sur la culture d’une veille citoyenne. Pour ce faire, APS a constitué des comités d’Assainissement des Villages ou de Quartiers (CAV/Q) regroupant des personnes ressources locales et des facilitateurs qui procèdent à l’observation des changements de comportement :

  • contrôle périodique de l’abandon des anciens sites de DAL
  • utilisation des latrines
  • lavage des mains
  • bonne gestion du repas, des eaux de boisson, des eaux usées et des ordures ménagères
  • maintien de l’hygiène à tous points de vue.

Tout ce processus conduit à la Fin de la DAL. On parle en ce moment de «Communauté FDAL ».

Résultats obtenus

  • Plus de 350 communautés déclenchées
  • Plus de 15000 latrines réalisées
  • 39 communautés en évaluation pour la déclaration FDAL
  • 02 communautés déclarées FDAL et certifiées

Impact du changement de comportement

Réduction drastique des maladies diarrhéiques (environ 80%) dans les zones touchées par le projet.

Inscrivez-vous à notre lettre d'information.
Top